Aliénation Parentale : Les 5 Qualités À Développer Pour Limiter La Casse!

PUBLIÉ LE  PAR COSIMA

syndrome alienation parentale

Je vais te présenter ici les 5 qualités requises pour éviter l’aliénation de nos enfants (également appelée SAP – syndrome d’aliénation parentale).

Lorsque cette épreuve s’abat sur nous, nous avons la sensation terrifiante d’être victime du destin et de ne plus avoir aucune prise sur la situation.

Cependant, mon expérience en la matière m’a prouvé qu’il est possible de renverser la vapeur en transformant profondément sa posture.

Car en effet, à partir du moment où nous extrayons du schéma « parent victime », à partir du moment où nous transformons notre posture face à nos enfants, alors les choses se mettent à évoluer favorablement.

En fait, il s’agit ici de modifier son positionnement sur l’échiquier relationnel familial. A partir du moment où nous changeons notre positionnement, chaque membre de la famille est obligé de revoir sa position…

Je ne perds pas plus de temps dans l’introduction, et je te présente juste en dessous les 5 qualités requises pour changer ton positionnement.

En suivant mes conseils, tu pourras passer d’un parent « faible, soumis, victime », c’est-à-dire un parent écrasé par les évènements, à un parent « fort, ferme, bien ancré ».

1-     Non-émotionnel

La première des qualités qu’il va falloir viser, c’est la « non-émotionnalité » : le parent aliénant vise les réactions émotionnelles chez le parent cible. Elles seront ensuite détournées de leur contexte pour « prouver » à l’enfant à quel point le parent aliéné est « instable, malade, hystérique ».

Dans ce contexte, maitriser ses émotions est essentiel !

Concrètement, il va falloir…

–        Garder ton sang-froid en cas de provocation

–        Préférer le silence à la justification

–        En présence de la personnalité perverse, visualise un paysage bucolique pour éviter les pétages de plombs

–        Eviter toute forme de contact avec le parent aliénant (physique, mail, SMS)

2-     Ferme

La seconde de ces qualités requises, c’est la fermeté.

Il s’agit ici de ne rien laisser passer et de faire systématiquement appel à la loi pour calmer le parent aliénant.

Dans l’idéal, il faudrait que le parent aliénant ait peur du parent cible et qu’il finisse par se tenir à carreau.

Concrètement, il va falloir…

–        Ne pas hésiter à porter plainte pour diffamation en cas de besoin

–        Poser une main courante au moindre dérapage

–        Connaitre la loi sur le bout des doigts et le faire savoir

–        Mettre en place des triangulations pour faire circuler l’information sur le parent aliénant (par exemple auprès d’psy, auprès des services sociaux, auprès du juge etc.)

Publicités

3-     Cadrant

Il est important d’être cadrant vis-à-vis de tes enfants, et de poser de fermes limites vis-à-vis d’eux.

N’accepte strictement aucune forme d’irrespect !

Il est plus dur de violenter psychologiquement un parent fort et cadrant qu’un parent faible qui accepte la posture de la victime.

Concrètement, il va falloir…

–        Avoir des règles fermes et non négociables à la maison

–        Être sûr de toi face à ses enfants

–        Refuser catégoriquement toute forme d’irrespect

–        Recadrer calmement l’enfant s’il rapporte des propos erronés tenus par le parent aliénant

4-     Détaché

Il est important d’apprendre à se détacher du besoin d’être aimé par nos enfants.

Comme l’écrivait Katie Byron (grande éveillée contemporaine américaine) : « si votre bonheur dépend de celui de vos enfants, ils deviennent vos otages ».

Concrètement, il va falloir…

–        Réinvestir sa vie de femme/d’homme pour ne pas dépendre que de ses enfants

–        S’amuser, sortir, vivre pour soi et pas que pour ses enfants !

–        Se rappeler que la plus belle forme d’amour est celle qui libère l’autre. Aime tes enfants en les laissant libres

–        Apprendre à s’autocentrer pour vivre connecté à ses propres besoins profonds

5-     Aimant

Il faut bien sûr veiller à conserver une belle relation d’amour à nos enfants, malgré toute la souffrance induite par le rejet que nous subissons.

Concrètement, il va falloir…

–        Envoyer des SMS tendres régulièrement, même s’ils restent sans réponse

–        Cultiver la bienveillance vis-à-vis de nos enfants

–        Câliner ses enfants, les prendre dans les bras pour leur témoigner notre amour

–        Apprendre à être régulièrement dans la pleine conscience avec nos enfants

Publicités
Comment faire face au syndrome d’aliénation parentale

Merci 🙂

Si vous avez aimé une ou plusieurs de ces vidéos, n’hésiter pas à laisser un commentaire ou partager avec vos amis(es), et les dons du cœur sont toujours appréciés. Merci

Ponctuel
Mensuellement
Annuellement

Faire un don ponctuel

Faire un don mensuel

Faire un don annuel

Choisir un montant

C$5,00
C$15,00
C$100,00
C$5,00
C$15,00
C$100,00
C$5,00
C$15,00
C$100,00

Ou saisir un montant personnalisé

C$

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Faire un donFaire un don mensuelFaire un don annuel

Recevez du nouveau contenu directement dans votre boîte de réception.

Publié par Jonathan P.

Artiste dans l'âme, humain de cœur, l'homme derrière la machine etc. De Montréal, Qc

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :